Navigation :
>

NEWS -  BIENNALE INTERNATIONALE DU DESIGN 2017 SAINT-ETIENNE / WORKING PROMESSE /  FINES PARTICULES DES OUVRAGES

FOCUS ► OEUVRE → OBJET HYBRIDATION → HYBRID LEXIS

                   OEUVRE DESSIN → MANOEUVRES                                                                                  

 


Artiste protéiforme, Dominique Torrente ne cesse d’interroger le langage. Elle met en place des dispositifs  qui tentent de donner une dimension matérielle et tangible aux mots, au texte. En s'appuyant sur ce qu'elle nomme "nos histoires collectives occidentales", l’artiste travaille le signifiant, le matériau verbal, la forme, la typographie. Mais elle explore également l’analogie, les liens, les croisements, ainsi que les « errements » entre cette forme plastique et le signe linguistique, le signifié.

Dominique Torrente is french protean artist, who uses both current tools and older practices. It is in this relatioship, this balance between universes, wooden objects and textile volumes, photographs and drawings, embroideries and videographies... in this in-between, that she manages to brign out this space-time, the consistency of her artwork. In many works, and at the beginning of her career, she introduced the word, or text, into her  works called "the skin of paper" or in her "embroidered paintings". Recent works still move genres (king), know-how. She works by hybridization and "collage" by mixing popular culture (low culture) and high culture, using the codes of the history of occidental art. A kaleidoscope of revisited elements, playing with anachronisms, and jostling the classical or modern representations. A kind of aesthetics of plurality. For this artist, find a subtle balance between an aesthetic research, a historical reality, a social context, a heritage memory, it's designing a work that openly allows one to think.

 

Le travail de D. Torrente use autant des outils actuels que de pratiques plus anciennes. C’est dans ce rapport, ce balancement entre des univers, objets en bois et volumes textiles, photographies et dessins, broderies et vidéographies … dans cet entre-deux, que l’artiste arrive à faire surgir cet espace-temps, consistance de son œuvre. Ces recherches autour du texte renvoient souvent à un autre texte. Le mot ouvre  un large spectre sémantique, trouve sa place entre lisible et visible, entre lecture et écriture, entre mode perceptif et mode conceptuel.  

Les œuvres récentes déplacent encore les genres, les savoir-faire. Elle travaille par hybridation et « collage » en mêlant culture populaire (low culture) et culture savante  (high culture), utilisant les codes de l’histoire de l’art occidental. Un kaléidoscope d’éléments revisités, jouant avec les anachronismes, bousculant les représentations. Une sorte d’esthétique de la pluralité. Son travail sur le langage autant que ces recherches sur les objets « déchus » rejoignent des préoccupations liées à nos mémoires collectives et patrimoniales. L’artiste a suivi une formation à l’école des Beaux-arts de Saint Etienne, ainsi qu’à  la faculté d’arts plastiques de Paris Sorbonne. Dominique Torrente revendique diverses filiations - l’art conceptuel, les facéties de Fluxus, les recherches de  Support Surface...Les oeuvres récentes de Joana Vasconcelos et celles de Jean Michel Alberola l'interpellent beaucoup. Elle suit régulièrement les nombreuses recherches actuelles comme la prolifération des mots dans les arts visuels. Elle s’intéresse tout particulièrement à la psychanalyse, à la littérature, à la danse et s’appuie sur l’actualité pour ses recherches et installation.

 F. J.  Escudero